CHAN 2011 : Conférence de presse conjointe Joseph Blatter – Issa Hayatou

Publié le par jeandeferfoot.over-blog.net

Par JEAN DE FER KALALA
 
 
 Comme ils en ont pris l’habitude à l’occasion de chaque grande compétition organisée en Afrique, le Président de la FIFA, Joseph Blatter, et le Président de la CAF, Issa Hayatou, ont tenu une conférence de presse commune au matin de la finale. Au préalable le Président de la fédération soudanaise de football , M.Mutasim Gaafar, a chaleureusement remercié la CAF d’avoir confié à son pays, en dépit d’un événement politique de première importance (référendum sur l’indépendance du Sud Soudan), l’organisation du 2e CHAN. « Les commentaires élogieux entendus ça et là de la part des officiels et des différentes équipes participantes ont prouvé que le Soudan avait honoré ses engagements et que la porte était désormais ouverte à l’organisation d’autres compétitions panafricaines dans le pays, a-t-il déclaré. Et si nous avons pu envoyer de par le monde une image plus conforme à la réalité soudanaise que celle qui est véhiculée par les medias, nous ne pourrons que nous déclarer très fiers de cette aventure collective ».
Dans une brève intervention liminaire, le Président Hayatou, s’est félicité des très bonnes conditions que la CAF avaient trouvées au Soudan. « Le football est sorti grandi de ces grandes retrouvailles avec le Soudan » et a chaleureusement félicité tous ceux qui avaient contribué à cette réussite que ce soit les plus hautes autorités politiques, les responsables du Comité local d’organisation, ainsi que les volontaires. Ils ont tous accompli leur mission au-delà de toute espérance ». Le Président Blatter a d’abord dit au Président Hayatou combien l’idée de créer le CHAN, une épreuve réservée aux seuls joueurs locaux, avait été une excellente initiative. Il a relevé «  le succès retentissant de la deuxième édition, l’excellence des infrastructures, la grande qualité du jeu développé sur les terrains et la très forte adhésion populaire ».
Les deux Présidents ont ensuite répondu au feu roulant des questions.
-          Où en est-on du professionnalisme en Afrique ?
Président Hayatou : « Certains pays ont déjà suivi cette fois. Quelques uns des grands clubs du continent ont déjà une véritable organisation professionnelle, des championnats également. Mais pour qu’un pays entre vraiment dans le professionnalisme, il faut qu’un certain nombre de conditions soient remplies. Pour le moment, elles ne sont pas. Nous progressons. Nous avons tous ensemble emprunté la voie du progrès. Il faut encore un peu de patience ».
-          Qu’en est-il de l’adhésion du Sud Soudan ?
Président Hayatou : « Le référendum a eu lieu. Le Sud Soudan a opté pour l’indépendance. Mais cette indépendance ne sera effective que le 9 juillet 2011. Il faudra que ce nouveau pays, avant de devenir le 54e membre de la CAF, suive la procédure prévue par les règlements de la FIFA. Nous enverrons en son temps une mission de la CAF sur place et nous établirons un rapport détaillé sur la réalité du football dans le pays, rapport que nous transmettrons à la FIFA et qui déterminera si toutes les conditions de son adhésion sont remplies ».
-          L’Afrique du Sud avait six représentants à la Coupe du monde, son quota habituel de cinq pays plus l’Afrique du Sud, pays organisateur ? Qu’en sera-t-il en 2014 au Brésil ?  
Président Blatter : « Ce dossier est au menu du prochain comité exécutif de la FIFA qui se tiendra les 2 et 3 mars prochains. La discussion promet d’être vive. Le Comité exécutif décidera la réparition des 3é pays participants, continent par continent ».
-          La CAN U-20 devait avoir lieu dans le courant du mois de mars en Libye. Les tragiques événements qui se déroulent dans ce pays interdisent le déroulement de cette compétition. Avez-vous un plan B pour reprendre une expression à la mode ?
Président Hayatou : « Je voudrais d’abord parler en homme épris de pais. Je souhaite que la paix civile revienne le plus rapidement possible en Libye. Je le souhaite également pour tous les autres pays du continent qui endurent des situations difficiles parfois tragiques.
Si la CAN U-20 ne concernait que l’Afrique, nous pourrions différer son organisation. Mais les quatre demi-finalistes représenteront notre continent à la Coupe du monde et je ‘imagine pas que nous soyons absents. Nous allons avoir très rapidement un Comité exécutif extraordinaire afin de trouver une solution ».
-          Pourquoi l’Afrique n’organiserait-elle pas la Coupe du monde féminine ?
Président Blatter : «  L’Afrique a organisé la grande Coupe du monde qui a été une merveilleuse réussite. Auparavant, en 2009, elle avait accueilli le Mondial U-20 en Egypte et celui des U-17 au Nigeria. L’Afrique a, chaque fois, démontré ses grandes qualités de pays organisateur. Pourquoi pas une Coupe du monde féminine en Afrique. Et puis il y a également les Coupes du monde U-20 et U-17 pour les femmes. Si des pays d’Afrique se portent candidats, ils seront les bienvenus. J’ai souvent dit, ces dernières années, que l’avenir du football passait par le développement du football féminin. Je ne retire rien à ce que j’ai dit et répété ».
-          Est-ce qu’il ne serait pas possible d’ouvrir le CHAN à des joueurs africains évoluant en Afrique mais dans d’autres pays que le leur ?
Président Hayatou : « Tant que je serai président de la CAF, la réponse sera non. Nous avons créé le CHAN dans le but de renforcer les compétitions nationales, dans le but de fixer les joueurs dans leurs pays avec l’espoir de freiner l’exode massif. La règle du CHAN est connue, acceptée. Elle donne sa spécificité unique à cette épreuve. La modifier serait trahir l’esprit qui a présidé à sa création ».
-          La FIFA a été montrée du doigt pour des faits de corruption. Elle est souvent accusée d’opacité dans sa gestion. Que répond le Président de la FIFA à ce type d’accusation ?
Président Blatter : «  J’en ai marre de toutes ces accusations, de ces procès en malhonnêteté. Nous sommes l’organisation sportive la plus transparente. Nous fournissons chaque année notre bilan financier comme les sociétés cotées en Bourse. Nous répondons à toutes du Système financier international. Nous ne cachons rien. Notre réussite peut susciter des jalousies ou de l’acrimonie.
Vous savez le football représente 300 millions de personnes de par le monde. Avec une telle masse de dirigeants, de pratiquants, d’arbitres, etc. vous ne pouvez pas avoir que des agneaux. Quand il y a malheureusement des tricheurs, nous avons la commission d’éthique pour étudier les dossiers. Sur les cas les plus récents, je dois dire ici que la commission n’a pas sévi pour des actes de corruption, que cela soit très clair mais pour non respect du code d’éthique. La différence est très importante. Le football qui est devenu un phénomène économique et social qui concerne l’ensemble de la planète doit être irréprochable. C’est notre vœu à tous ».
 

Publié dans CAF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article